main article

Faites comme les médias US, apprenez à survivre dans le digital !


Le SXSW17 nous l’a prouvé, les grands médias se battent pour survivre et certains y parviennent très bien par une forte vélocité et volonté d’adaptation. Les entrepreneurs en danger de disruption peuvent suivre le même chemin. Voici le kit de survie en 5 étapes.

 

Etape 1. Restez focus sur votre mission mais cherchez à augmenter l’expérience utilisateur par le digital

 

Plus le Monde avance, plus le National Geographic est indispensable. Cette très vieille start-up de 129 ans, à but non lucratif, annonce clairement “Going Further”

At National Geographic, we believe in the power of science, exploration and storytelling to change the world.

Le digital c’est encore avant tout le site web mondial (26M de visiteurs uniques) mais aussi sur Instagram où la marque est la première marque média au monde avec 72M d’abonnés !

 

Capture d’écran 2017-03-15 à 00.32.51

 

Une nouvelle génération de journalistes-explorateurs fait son entrée avec de nouvelles techniques de captation 360° en pleine jungle, en formant des jeunes élèves aux drones sous-marins, en aidant les tribus amazoniennes à protéger leur territoire via des mobiles. La techno permet de raconter de belles histoires et fait avancer le monde… Ils ont inventé “l’Adventured Capital”.

Capture d’écran 2017-03-15 à 00.32.20

 

Etape 2. Faites que vos utilisateurs passent la majorité de leur temps sur vos assets et non sur vos réseaux sociaux.

Grande surprise de voir les grands médias américains eux aussi très dépendants du duopole Facebook/Google. Abc news, The Economist et le groupe Condé Nast font le même constat, Facebook est l’ami en trafic mais l’ennemi en recettes publicitaires.

 

giphy-1

 

Les réseaux sociaux sont indispensablesils permettent d’élargir votre visibilité, votre audience (ABC news a un faible temps d’antenne) et gènère du trafic vers vos assets. Ils vous permettent par ailleurs d’apprendre une nouvelle écriture video (même ABC a beaucoup appris des youtubeurs). Les articles publiés en natif dans Facebook (Instant articles) génèrent de vrais abonnés selon the Economist. La publicité y est efficace et extrêmement peu chère. Mais il faut avant tout savoir pourquoi vous êtes sur ces plateformes.

 

giphy

 

Les réseaux sociaux sont à limiter car vous ne possédez pas l’audience qu’ils vous offrent. Les données fournies par les réseaux sont hétérogènes et sont un véritable enfer à intégrer dans votre CRM. Les plateformes n’ont qu’un but : que leurs utilisateurs y passent le maximum de temps. vous avez un but inverse, que vos utilisateurs passent plus de temps chez vous.

 

Etape 3. Générez un maximum d’emails et de numéros de mobile pour parler en direct à vos clients.

Mettez en avant les bénéfices d’usage de créer un ID, de recevoir une newsletter. Collectez un minimum de data car leur comportement comptera plus que leur date de naissance. Faites télécharger votre app. avec ID de préférence et vous pourrez leur envoyer des notifications mieux adaptées que les emails pour les plus jeunes.

 

Etape 4. Soyez imaginatif dans vos revenus et ne dépendez pas de la publicité.

L‘iconoclaste plateforme de contenus Young Turks a débuté en radio puis sur Facebook. Elle dépasse les grands médias sur YouTube avec 80M de visiteurs uniques ! Les contenus sont courts, uniques, engagés bref totalement adaptés aux attentes des millennials. Les utilisateurs peuvent maintenant s’abonner directement sur le site avec une multitude de formules et la publicité disparait. Ils acceptent même de payer davantage pour que leur commentaire soit en tête ! Le trublion est aussi disponible sur Hulu, Amazon…

Capture d’écran 2017-03-15 à 03.42.33

Une plateforme de news et de commentaires qui est au niveau du New York Times en audience…

 

Etape 5. Passez des partenariats avec ceux qui étaient en apparence vos concurrents mais qui pourraient devenir vos alliés.

 

Capture d’écran 2017-03-15 à 01.21.00

Toutes les façons de regarder Showtime sur showtime.com et la home dédiée à Showtime dans les Amazon channels

 

L’exemple de l’explosion récente des OTT* aux US et ailleurs est intéressant sur son aspect game-changer. Les networks comme Showtime ou Starzétaient coinçés par le bon vouloir des bouquets cable et satellite, sans contact direct avec leurs clients. L’arrivée de Netflix, Hulu et surtout d’Amazon Video leur a parmi d’accroître leurs recettes, de toucher de nouveaux publics pour leurs séries, d’avoir un outil de ciblage pour le lancement de chaque saison unique au monde et d’avoir enfin des données sur leurs utilisateurs finaux. Pour l’utilisateur le gain est clair car l’abonnement au cable américain est fort cher (100$/mois en moyenne quand Showtime, seul, est à 9$ sur Amazon Channel).

 

giphy-3

 

Qui aurait cru qu’Amazon boosterait la TV ? Breaking Bad est devenu vraiment populaire en passant sur Netflix.
Faites comme ces chaînes, en moins d’un an, elles ont revu leur business model. Concentrez-vous sur la qualité unique de vos produits, laissez les gens de la distribution faire leur métier ! Ce n’est pas par hasard si YouTube et Facebook s’essayent au mini bouquet video…

 

*OTT : Un service par contournement (ou offre hors du fournisseur d’accès à l’internet ; en anglais over-the-top service ou OTT) est un service de livraison d’audio, de vidéo et d’autres médias sur Internet sans la participation d’un opérateur de réseau traditionnel (comme une compagnie de câble, de téléphone ou de satellite) dans le contrôle ou la distribution du contenu. (Wikipedia)

Vous aimerez peut-être aussi